Sélectionner une page

Mes amis

Comme chacun d’entre vous je me suis senti ce week-end abasourdi et effondré.
Comme si ce monde meilleur que nous réalisons ensemble avec ferveur s’effondrait… Comme si toutes les graines d’espoir que nous sommes de plus en plus nombreux à semer avaient été piétinées en une nuit…
Je cherche les mots qui peuvent apaiser
Peu me viennent…
Et pourtant, au delà des larmes, mon coeur est ouvert et la confiance est là inébranlable ; renforcée même. Au milieu du chaos parisien ; je perçois déjà ici et là quelques germes d’amour qui ne demandent qu’un peu d’attention pour fleurir… J’adresse mon réconfort sincère à ceux qui en ont besoin et ma douceur à tous ceux qui ont eu peur.
Ce qui soigne la peur, ce n’est ni la haine ni la colère mais l’amour…
Pour les chamans, nous sommes tous reliés les uns les autres sur des plans subtils.

Aussi, ce qu’on inflige à l’autre ou à la nature ; on se l’inflige à soi
et lorsqu’on révèle notre propre lumière ; on éclaire le monde

La plus belle façon de soigner le monde est d’incarner l’amour concrètement dans notre posture, dans nos paroles et dans nos actes
De nous aligner à partir de notre coeur pour être congruent dans notre posture.
Au delà de mon chagrin, je me sens plus déterminé que jamais à oeuvrer en ce sens…
Je vous adresse mes paroles de réconfort ; je m’unis ce jour particulièrement à tous ceux qui oeuvrent quels que soient leurs outils, leur culture, leur vibration ; pour nous réunir là où nous nous croyons séparés…
Je m’appuie sur les paroles de l’Abbé Pierre que je partage avec vous…

« Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.
Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine.
Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.
Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.
Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité.
Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte.
Et je continuerai à crier, même si les autres se taisent.
Et je dessinerai des sourires sur des visages en larmes.
Et j’apporterai le soulagement, quand on verra la douleur.
Et j’offrirai des motifs de joie là où il n’y a que tristesse.
J’inviterai à marcher celui qui a décidé de s’arrêter…
Et je tendrai les bras à ceux qui se sentent épuisés. »

(Abbé Pierre)

Puissions-nous ensemble ouvrir nos bras !

Recevez mes conseils exclusifs en vidéo

Profitez de ...

Merci pour votre inscription !

Share This