Arnaud Riou

Auteur / Conférencier / Formateur / Coach


Blog

Les poulets ? Ce sont des animaux ?

par Arnaud Riou / calendrier Publié le : vendredi 25 mars 2016 - Modifié le : 25 mars 2016 / tag / bulles 2

Etre végétarien, c’est une mode ? Vous êtes végétarien ou végétalien ? Qu’est-ce qui vous amène à être vegan ? Mais où trouvez-vous vos protéines ?

Je passe la commande au restaurant. J’essaie de composer entre une salade du jour sans lardons et la sole meunière et son fricassé de champignon sans le poisson...

Je suis perplexe. La carte me laisse assez peu de latitude. Nous avons choisi ce restaurant davantage pour sa vue sur la mer que pour ses spécialités. Le serveur est plus gêné que moi. Il m’avoue que je ne suis pas le premier à lui demander « ça ». Le chef n’a pas de menu végé. Même si ceux-ci sont de plus en plus nombreux. Nous ne restons encore qu’à peine 3 % en France.

Lorsque je lui dis que je ne mange pas les animaux, il me pose encore deux ou trois questions pour orienter dans mon choix.

« Nous avons un curry de poulet, ça irait ? Quoi que le poulet, pour vous, c’est aussi des animaux ? »

Intérieurement, je souris chaleureusement. Je suis sensible aux efforts qu’il fait pour me comprendre. Cet homme me touche.

« Oui pas seulement pour moi, pour sa maman aussi et je crois pour toute la basse-cour, les poulets font partie du règne animal… Pour les poussins, pour le renard, les poulets sont des animaux et je ne mange aucun animal qu’il vole, nage ou court ! »

« Ah vous êtes végétalien alors ! Pas végétarien ! » Me précise t’il très fier de lui en insistant sur le L qui remplace le R.

Pour ne pas l’ennuyer, j’hésite à rentrer dans le détail et à lui expliquer la différence entre « végétarien », (qui ne mange pas de viande) « pesco végétarien », qui maintient le poisson, « ovo-lacto végétarien », qui maintient les œufs et les produits laitiers, « végétalien » qui exclut tous les produits issus des animaux (miel compris) et « vegan » qui ne porte ni chaussures en croco, ni bracelet de montre en peau de lézard (ce qui ne m’arrive pas non plus).

Du reste, pour être exact, je ne suis pas vegan. Je porte encore parfois mon perfecto, et j’ai chez moi deux ou trois sacs dont les lanières sont en cuir. De plus, Il m’arrive de temps en temps, lorsque mon ami Antoine va chercher dans son poulailler du Moulin des Bouillons deux œufs du jour pour les manger à la coque, de les partager, ne serait-ce que pour voir le beau sourire qui éclaire son visage enfantin devant la merveille de la nature. Il appelle chacune de ses cinq poules par leur nom. Elles mangent bio et courent en liberté sur son domaine.

Je suis encore d’une autre catégorie ! Pour être exact, je devrais dire ponctu-ovo-perfecto végétarien. Mais je préfère encore dire que je suis souple et que je mange ce qui me fait plaisir. Les puristes préciseront alors d’un air satisfait « ah alors flexi-végétarien ! » Car nous avons toujours besoin de mettre les gens dans des cases, ça nous rassure.

Tout ça ne sont que des étiquettes. De mon côté, je ne ferai probablement pas la différence entre un romsteak, et un filet mignon, entre le goût du bar et celui de la truite… Pour moi, ce sont des animaux morts, comme pour ce serveur, je suis un extra-terrestre.

Les premiers animaux que j’ai exclu de mon assiette, ce sont les chevaux, il y a quarante ans, lorsque j’ai fait le lien entre les juments que je voyais courir et le bifteck haché de la boucherie chevaline que je prenais encore plaisir à manger. Puis c’en fut progressivement fini par ordre de disparition des canards, des lapins, des veaux, des moutons, des bœufs, des poulets. Quelques années plus tard, je ne prenais plus de plaisir à manger de poissons. Il fallut encore quelques années pour que même les gambas, les pétoncles que je cuisinais à l’ail ou les coquilles St Jacques n’excitent plus mes papilles.

Rien à faire. Cela fait trop d’année désormais que je n’aime pas sentir les animaux morts dans mon entourage, eussent-ils le Q.I. d’une huître.

Un vegan qui tue un moustique est-il toujours vegan ?

Un jour, je confiais à un ami que je ne tuais plus le moindre moustique ou la plus petite araignée depuis des années. Je préfère la sortir si elle me gêne. Ce que j’ai appris à faire sans lui blesser les pates ! Il me dit « Quel effort ça doit être ! » Je lui répondis alors que pour moi c’est l’inverse. Ce qui me demande un effort, c’est d’enlever la vie peu importe sur qui. Pour les chamans, nous sommes tous reliés les uns aux autres. Et lorsque la vie est coupée à un endroit, c’est aussi à travers nous que quelque chose meurt.

Les chamans ne sont pas pour autant végétarien, loin de là ! Les mongols sont nomades et leur mode de vie ne leur permet pas de faire pousser les légumes, les amérindiens, eux sont des trappeurs chasseurs, ils sont carnivores par nature. Mais je suis toujours honoré de partager leur table car ils incarnent le respect. Et s’ils tuent un animal pour le manger, ils se relient toujours en conscience à son esprit. Ils savent ce qu’ils font.

Le respect de la conscience animale est primordial pour moi. Car respecter l’animal, que l’on soit vegan ou trappeur, c’est signe de sensibilité, d’écoute, de dignité. Je ressens la même tendresse pour les animaux de compagnie que pour les poissons, les lapins, les chevreuils ou les moutons. Il n’y a pas d’échelle de valeur pour moi. Et il ne me viendrait pas à l’idée de tuer mon chat pour le passer à la casserole.

C’est par respect de la vie animale que j’ai eu besoin d’arrêter de les manger. Je suis tellement blessé de la façon dont les humains les ont avili pour en faire de la marchandise, dont nous les enfermons dans les zoos, les cirques, les laboratoires, les aquariums, la façon dont nous modifions génétiquement les poulets pour accélérer leur croissance, ou leur aspect. Les chercheurs ont créé des poulets sans plumes, des bœufs déformés, des canards qui supportent mieux la chaleur pour supporter les conditions d’élevage. Choqué de voir des batteries de 10 000 poulets ou des fermes des mille vache qui n’ont de ferme que l’absence de fenêtre. Si c’est cela le progrès, alors, c’est un progrès que je ne suis pas. Einstein disait que si les abattoirs avaient des vitres, nous deviendrions tous végétariens.

Je ne visionne plus les vidéos de mes amis de L214 http://www.l214.com/ Elles sont trop violentes pour moi. Même si je reconnais que ce choc produit dans les mentalités a contribué en grande partie à ce que le public s’intéresse à la condition animale.

Je les ai regardé au début, jusqu’à en vomir ou jusqu’à en pleurer, tant je percevais la souffrance de ces animaux menés à l’abattoir. Nous devrions être capable de regarder ce que nous mangeons, et être capable de prendre conscience de notre responsabilité sur la terre dans notre façon de consommer d’une façon générale. J’ai arrêté de le faire, car cela renforçait mes jugements sur la nature humaine et fermait mon coeur. Ce que je ne souhaite pas. Je souhaite continuer à être un végan confiant dans la nature humaine.

Il y a d’autres raisons qui m’ont fait être vegan. Cela fait bientôt 20 ans que je ne mange plus d’animaux, et à peu près autant que je ne suis pas allé consulter un médecin ni consommé le moindre médicament. Peut-être y a t’il un lien de cause à effet ? Contrairement aux idées reçues, je n’ai pas moins d’énergie, en mangeant des fruits, des légumes et des céréales, au contraire ! Je ne ressens plus cette fatigue que ressentait mon corps après un repas carné. Et je n’ai aucun manque de vitamines, de protéines d’aucune sorte. Je suis pourtant très flexible et j’écoute surtout mon instinct.

Une récente étude de l’Université d’Oxford montre que si tous les habitants de notre planète adoptaient tous un régime végétarien 7, 3 millions de décès seraient évités, 8, 1 millions si nous devenions végétaliens.

Les végétariens et l’écologie

L’écologie est aussi une raison suffisante qui m’a orienté vers ce mode d’alimentation. Il faut jusqu’à 10 kilos de végétaux pour produire un kilo d’animal.

La qualité de la viande a elle aussi été un argument. La viande aujourd’hui est tellement infestée d’antibiotiques et de toute sorte de chimie, que je préfère m’abstenir.

Les raisons sont si nombreuses, que plutôt qu’un article, je pourrai écrire un livre sur le sujet. D’autres l’ont fait et bien fait dont Mathieu Ricard et son excellent Plaidoyer pour les animaux.

Pour ma part, je crois que c’est à chacun de trouver, en conscience, le régime qui lui fait le plus de bien, en prenant le temps de se poser les bonnes questions. Nous n’avons pas tous la même composition, la même conscience, la même congruence. C’est à chacun de faire au mieux et je n’ai aucun jugement sur personne, et surtout pas sur la façon dont chacun remplit son assiette. Nous sommes ce que nous mangeons.

Plutôt que de militer pour la cause animale, je préfère proposer des repas végétariens lors de mes stages et faire connaître à mes amis Le potager du marais, les saveurs veget’halles, le Grenier de Notre Dame, l’Abyssinia ou le Yuman tenu par mon ami Gilles Tessier. http://yuman-restaurant.com/ plus un restaurant éclairé qu’un restaurant végétarien, sa soupe Butternut-poire, ses pâtes champignons-citronnelles et ses jus de fruit sont à tomber.

C’est ma façon à moi de militer pour la cause animale. Ce peuple trop souvent mal compris et qui pourtant nous enseigne et nous inspire.

Richard Buckminster Fuller, écrivait « On ne change pas les choses en s’opposant à ce qui existe déjà. Pour que les choses changent, il faut construire un nouveau modèle qui rende l’ancien obsolète". Je suis heureux de voir ici et là autant d’initiatives qui vont dans ce sens, dans le sens du respect de la vie, de la sensibilité, du goût et du partage.

Je vous souhaite de vivre votre assiette comme vous vivez votre vie, avec appétit !

Arnaud RIOU

Galerie

Commentaires

2 Messages de forum

Envie de poster un commentaire...? Cliquez ici !


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

« Les prophéties de Rudolf Steiner
Le maître est l’enfant »

En plus de rencontrer le Docteur Luc Bodin et d’apporter ma guitare pour chanter avec Guy Corneau, Je partagerai la scène avec Laila Del Monte, une référence en matière de communication animale, le 15 avril au Palais de la Mutualité à Lyon

La pensée de la semaine...
Lire toutes les pensées...

Prochains événements

25 novembre 2017 : [Conférences]
25 novembre Conférence à Bordeaux
15 au 17 décembre 2017 : [Particuliers]
Stages de week-end 2017
28 décembre 2017 au 4 janvier 2018 : [Particuliers]
Désert marocain
16 au 18 février 2018 : [Particuliers]
Stages de week-end 2017

Newsletter
Inscrivez-vous

Veuillez saisir votre adresse e-mail pour recevoir vos newsletters!
Sélectionnez vos newsletters:
Infos particuliers :
Infos entreprises :

Vient de paraître

Avec joie, je vous annonce la sortie le 21 septembre de mon 10e livre, aux Editions Solar : Les nouveaux sages. Peut-on faire cohabiter le coeur et les affaires ? L'économie et la conscience ? Les entreprises et la sagesse ? La méditation et les décideurs ? Le monde des entreprises aussi s'ouvre à cette Nouvelle sagesse. Pendant 4 ans, je suis parti à la rencontre de ces managers qui œuvrent pour ré-enchanter le monde de l'entreprise. Sur le terrain, j'ai recueilli les témoignages de dirigeants de managers, de coachs, de citoyens.

Découvrez-le !...

question

Arnaud Riou répond à vos questions

Vous souhaitez en savoir plus sur mes activités ou sur un sujet évoqué sur ce blog ? Posez-moi votre question, j'y répondrai au plus tôt.

Facebook

Twitter

Retour en haut

guillemet_ouvert Notre existence est comme un puzzle. Nous ne sommes pas toujours conscient, au moment où nous en assemblons les pièces, de la cohérence de l’ensemble. C’est en prenant du recul que nous réalisons que tous les événements qui nous arrivent ont du sens et sont à leur place. guillemet_ferme

Arnaud Riou « Réveillez le chaman qui est en vous ».

Copyright © 2017. Arnaud Riou. Tous droits réservés.